Voteraient-ils OUI ou NON?

Nous voilà au solstice d’été et je n’ai toujours pas eu la chance d’écrire ce dernier billet sur l’étude PJCPQ. Ceux qui s’intéressent à l’étude depuis le début excuseront mon retard. J’ai été débordé ces derniers mois, mais je tenais à écrire ce dernier billet rendant compte des résultats de l’étude.

Je tiens encore une fois à remercier tous les participants. L’intérêt généré par mon étude m’a étonné moi-même et rien de cela n’aurait été possible sans votre contribution et votre intérêt. Merci à tous ceux qui ont pris le temps de répondre aux questions! Pour ceux que cela pourrait intéresser, je présenterai les résultats plus «scientifiques» de l’étude lors d’une conférence organisée par le Centre pour l’étude de la Citoyenneté démocratique qui aura lieu du 22 au 24 septembre prochain à Montréal. Vous pourrez facilement être mis au courant des dates précises de la présentation en me suivant sur Twitter. J’en informerai mes abonnés lorsque j’aurai moi-même plus de détails.

Ce dernier billet s’intéresse aux perceptions des répondants quant à l’éventuel vote référendaire des journalistes et chroniqueurs. Autrement dit, nous nous intéressons ici à savoir comment les journalistes voteraient lors d’un éventuel référendum sur la souveraineté selon les répondants. Les réponses de tous les répondants sont représentées dans la figure suivante. Comme dans les récents billets, les journalistes et chroniqueurs sont présentés en ordre de «je ne sais pas». Encore une fois, les précautions relative à l’échantillon doivent être prises en considération. Allez lire ceci avant de dire n’importe quoi 😉

voterefe_all

On y note que Alec Castonguay et Sébastien Bovet semblent clairement être les plus nébuleux pour nos répondants à cet égard. Dans les deux cas, près de la moitié des répondants affirment ne pas savoir s’ils voteraient OUI ou NON; et pour ceux qui tentent une réponse, une proportion similaire pense qu’ils voteraient OUI ou NON.

Les avis semblent plus clairs pour les autres journalistes ou chroniqueurs. Une claire majorité pense que Yves Boisvert, Gilbert Lavoie, Chantal Hébert et le regretté Jean Lapierre voteraient NON. À l’inverse, une claire majorité pense que Antoine Robitaille, Michel David, Patrick Lagacé, Anne-Marie Dussault et Josée Legault voteraient OUI.

On remarquera finalement que les avis sont partagés à l’égard de Vincent Marissal et de Richard Martineau. Parmi ceux qui tentent une réponse, environ la moitié pensent qu’ils voteraient OUI et l’autre moitié qu’ils voteraient NON.

Les électeurs du NON

Les résultats deviennent encore une fois très intéressants lorsqu’on tient compte de l’intention de vote référendaire des répondants eux-mêmes. Commençons par ceux qui voteraient NON.

voterefe_non

Chez les électeurs du NON’, Alec Castonguay et Sébastien Bovet sont encore les plus mystérieux. Globalement, les électeurs du NON montrent un patron de réponse similaire à tous les répondants en général, mais ils semblent penser que les journalistes et chroniqueurs sont plus souverainistes que l’ensemble des répondants. On observe cela en remarquant qu’ils ont un peu moins tendance à dire que Yves Boisvert, Gilbert Lavoie, Vincent Marissal, Patrick Lagacé, Michel David et Anne-Marie Dussault voteraient NON. Les perceptions à l’égard de Chantal Hébert et Richard Martineau sont peu affectées par l’intention de vote référendaire des répondants.

Les électeurs du OUI

Regardons maintenant ce qu’il en est pour les électeurs du OUI.

voterefe_oui

Encore une fois, Alec Castonguay et Sébastien Bovet sont les plus nébuleux pour nos répondants. Il est cependant intéressant de remarquer qu’ils ont beaucoup plus tendance à croire que Yves Boisvert, Gilbert Lavoie et Vincent Marissal voteraient NON. Il est intéressant de noter qu’ils sont très divisés à l’égard d’Anne-Marie Dussault et de Richard Martineau.

Conclusions

Les billets précédents ont démontré que les perceptions étaient largement influencées par les intentions de vote des répondants eux-mêmes et le billet d’aujourd’hui ne fait pas exception. En comparant les figures entre elles, on remarque qu’il y a plus de bleu chez les répondants fédéralistes et plus de rouge chez les répondants souverainistes. La conclusion générale semble clairement être que les répondants ont davantage tendance à penser que les journalistes et chroniqueurs sont défavorables à leurs opinions.

Salutations M. Lapierre

Finalement, je ne peux terminer ce dernier billet de l’étude sans en profiter pour saluer Jean Lapierre. Comme beaucoup de Québécois, j’ai été attristé par son décès prématuré. Je n’ai pas eu la chance de le connaître personnellement, mais j’ai tout de même eu l’occasion de communiquer avec lui à quelques reprises à propos de l’étude. Monsieur Lapierre m’a aidé à propager l’étude, ce même s’il savait que son profil politique faisait en sorte que les résultats pourraient sembler ne pas être à son avantage. Certains ont trop facilement tendance à interpréter les choses en dehors de leur contexte. Lors de chacune de mes communications avec lui, j’ai tenu à lui rappeler qu’il avait son histoire politique bien personnelle et qu’il fallait donc s’attendre à ce que les répondants en tiennent compte. Ses réponses me laissaient entrevoir qu’il comprenait très bien et que ce qu’il cherchait à satisfaire n’était pas tant son ego que sa curiosité, et me réitérait qu’il trouvait mon étude intéressante, peu importe ses résultats.

En cette époque marquée par les «lignes médias» où les désaccords honnêtes et les nuances peuvent trop facilement être embrouillés par des empoignades aussi stupides que spectaculaires, il convient de s’arrêter à l’occasion et de remarquer le travail remarquable de ceux que nous avons la chance de croiser. Jean Lapierre aimait la politique parce qu’il aimait profondément les gens. Que l’on soit ou non d’accord avec lui, il était un homme profondément honnête qui cherchait à rendre la complexité des choses plus accessible et il réussissait bien souvent. J’ose espérer que les résultats de mon étude permettront à tous de saisir la complexité de la tâche de ceux qui tentent de faire la même chose.


Abonnez-vous au blogue en inscrivant simplement votre adresse courriel! Vous recevrez une notification par courriel lors de la publication d’un nouveau billet.

3 commentaires

  1. L’outil de convergence entre les mains de Quebecor constitue un obstacle pour la rigueur que les citoyens seraient en droit d’attendre de la part des journalistes.

    Le Québec est une petite société. Quand les mêmes chroniqueurs propagent un point de vue biaisé par l’autocensure (TVA, journaux et radios parlées de la région de Québec), ce n’est pas demain la veille que le cynisme va disparaître.

    Reste le gros bon sens.. les citoyens ainsi manipulés recherchent de plus en plus l’information sur Internet..

    C’est ce qui se passe quand un débat identitaire n’en finit plus de finir avec justement la complicité de journalistes formés dans nos universités par des profs en majorité indépendantistes.

  2. Félicitations pour ce travail! Nos valeurs influencent souvent nos perceptions… Difficile pour les chroniqueurs de ne pas laisser transparaître leurs penchants politiques et c’est correct tant qu’ils ont l’honnêteté de l’admettre…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *