L’accord avec les journalistes et chroniqueurs politiques québécois

Du 9 au 18 octobre dernier a eu lieu la collecte de données pour l’étude sur les perceptions à l’égard des journalistes et chroniqueurs politiques québécois (ÉPJCPQ) que j’ai menée durant la campagne électorale. Plus de 1550 personnes ont complété le sondage et je tiens à les remercier. 85% des répondants ont exprimé vouloir être tenus au courant des résultats de l’étude, je crois donc que le sujet suscite la curiosité. Je proposerai ici un petit résumé des résultats actuels qui sont susceptibles d’intéresser un public général. Puisqu’il y a beaucoup de choses à explorer, je ferai le tout en plusieurs billets. Celui d’aujourd’hui portera sur le niveau d’accord ou de désaccord avec les analyses de chaque journaliste ou chroniqueur inclus dans l’étude.

D’abord, un petit mot sur l’échantillon lui-même. Un échantillon représentatif de l’ensemble de la population n’était pas l’objectif. Cette étude visait les «mordus de politique». Ceci étant, l’échantillon a tout de même quelques défauts. Notamment, il n’y a que 32% de femmes, ce qui est un peu insuffisant, même si les hommes ont plus souvent tendance à être «mordus» de politique. Pour ce qui est des intentions de vote fédérales des répondants, elles sont à 29,6% pour le parti conservateur, 21,8% pour le Bloc québécois, 18,8% pour le NPD et 15,5% pour le PLC. Il y a donc une surreprésentation de l’électorat conservateur dans l’échantillon. Au provincial, les intentions de vote se rapprochent un peu plus de celles observées dans la population avec 28,3% pour le PQ, 27% pour le PLQ, 11,9% pour QS et 11,7% pour la CAQ. Quant aux intentions de vote référendaires, elles sont de 53,4% pour le NON et 39% pour le OUI. L’échantillon est également beaucoup plus éduqué que la population en général, mais cela est normal si l’on considère que nous nous intéressons ici aux mordus de politique. Dans ce qui suit, je ne corrigerai pas pour ces défauts de l’échantillon alors les résultats doivent être analysés en conséquence.

L’accord avec les journalistes et chroniqueurs

Une première chose importante à comprendre est que certaines personnes incluses dans l’étude sont journalistes, d’autres chroniqueurs et finalement d’autres sont analystes. Ces personnes ont des rôles très différents et les attentes à leur égard le sont tout autant. L’idée est ici d’étudier les perceptions, que celles-ci soient fondées ou non. Nous regarderons d’abord les perceptions générales, puis les perceptions en fonction des intentions de vote provinciales des répondants; nous ferons ensuite de même pour les intentions de vote fédérales et nous terminerons avec les intentions de vote référendaires. Puisqu’il paraît qu’une image vaut mille mots, il y aura beaucoup de figures!

La figure suivante décrit le niveau d’accord avec les analyses de chacun des individus inclus dans l’étude. De haut en bas, ceux-ci sont ordonnancés en ordre de ceux avec qui les répondants ont le plus tendance à se dire en accord vers ceux avec qui ils le sont le moins. Le pourcentage de gens se disant en accord avec les analyses est en bleu et se lit de gauche à droite, alors que le pourcentage de gens se disant en désaccord avec les analyses est en rouge et se lit de droite à gauche.

accord_all

On voit donc que Chantal Hébert est celle avec qui les répondants ont le plus tendance à se dire en accord, suivie d’Alec Castonguay et de Sébastien Bovet; alors que Richard Martineau et Anne-Marie Dussault sont ceux avec qui les gens se disent le plus en désaccord. Si Richard Martineau joue souvent un rôle polémique, le résultat à l’égard d’Anne-Marie Dussault est plus étonnant parce qu’elle ne donne jamais réellement ses opinions personnelles dans son travail. Le fait qu’elle ait souvent à poser des questions difficiles à des politiciens de tous les partis a peut-être pour effet de lui faire jouer «le mauvais rôle» auprès de beaucoup de répondants qui appuient l’un ou l’autre des partis.

L’accord en fonction de l’intention de vote provinciale des répondants

Les prochaines figures montrent les résultats si nous séparons les répondants en fonction du parti politique provincial pour lequel ils voteraient.

accord_caq

Pour les répondants caquistes, nous voyons qu’ils se disent largement en accord avec les analyses de Chantal Hébert, Alec Castonguay et Sébastien Bovet. Par rapport à l’ensemble de l’échantillon, on remarque aussi qu’ils ont plus tendance à se dire en accord avec Jean Lapierre et Richard Martineau. À l’inverse, les répondants caquistes sont encore moins en accord avec les analyses d’Anne-Marie Dussault et de Josée Legault.  Cette dernière est une analyste ouvertement de gauche et souverainiste, ce résultat apparaît donc compréhensible. Quant à Anne-Marie Dussault, nous voyons déjà que l’affiliation partisane des répondants semble avoir un impact sur la perception à son égard.

accord_plq

Pour les répondants ayant l’intention de voter libéral, on remarque qu’ils ont également nettement plus tendance à se dire en accord avec les analyses de Jean Lapierre et de Richard Martineau que l’ensemble de la population et qu’encore une fois ils se disent plus en désaccord avec Josée Legault et Anne-Marie Dussault.

accord_pq

Les résultats sont très différents pour les répondants péquistes. Ils ont tendance à se dire plus en accord avec Antoine Robitaille et Josée Legault alors qu’ils se disent clairement plus en désaccord avec Jean Lapierre, Gilbert Lavoie et Richard Martineau.

accord_qs

Finalement, les répondants solidaires sont très intéressants. Ils ont tendance à se dire en accord avec à peu près tous les analystes et chroniqueurs à l’exception de Gilbert Lavoie (pour lequel ils sont plus partagés), de Jean Lapierre et de Richard Martineau. Presque la totalité des répondants solidaires se dit en désaccord avec ce dernier alors qu’une très nette majorité est en désaccord avec Jean Lapierre.

L’accord en fonction de l’intention de vote fédérale

Qu’en est-il de la ventilation des résultats en fonction des intentions de vote fédérales? En les comparant aux répondants péquistes, les résultats sont pratiquement identiques pour les répondants bloquistes. La même chose s’applique pour la comparaison des résultats entre les répondants solidaires et néo-démocrates. Je ne les montrerai donc pas pour alléger le texte. Voyons donc les électeurs du PLC et du Parti conservateur.

accord_plc

Les électeurs du PLC ont clairement moins tendance que les électeurs du PLQ à se dire en accord avec les analyses de Richard Martineau, avec qui ils sont le moins en accord. Comparativement aux électeurs du PLQ, ils sont également plus divisés à l’égard d’Anne-Marie Dussault (près de 50% des répondants sont en désaccord alors que près de 50% sont en accord). Par ailleurs, toujours en les comparant aux électeurs du PLQ, ils semblent aussi avoir moins tendance à se dire en désaccord avec l’ensemble des autres journalistes ou chroniqueurs. Même si leur ordonnancement général demeure similaire, cette tendance à exprimer moins de désaccord semble notamment le cas pour Patrick Lagacé, Jean Lapierre, Michel David,  Sébastien Bovet, Alec Castonguay et Chantal Hébert.

accord_pcc

Finalement, le cas des électeurs conservateurs est très intéressant. Au premier coup d’oeil, trois groupes de journalistes ou chroniqueurs apparaissent très clairement. D’abord, les répondants conservateurs ont nettement plus tendance à se dire en accord avec Chantal Hébert, Jean Lapierre et Richard Martineau. Ils sont un peu plus divisés à l’égard d’Alec Castonguay, d’Yves Boisvert, de Gilbert Lavoie et de Sébastien Bovet. Finalement, ils ont très clairement plus tendance à se dire en désaccord avec Vincent Marissal, Michel David, Antoine Robitaille, Patrick Lagacé, Josée Legault et Anne-Marie Dussault.

L’accord en fonction de l’intention de vote référendaire

Finalement, qu’en est-il en observant les résultats en fonction des intentions de vote lors d’un éventuel référendum sur la souveraineté? Nous remarquons d’abord que les répondants souverainistes se disent en accord avec la plupart des journalistes et chroniqueurs, ce bien que leur niveau d’accord avec Antoine Robitaille et Josée Legault soit plus élevé qu’envers, par exemple, Yves Boisvert ou Vincent Marissal. Cependant, Jean Lapierre, Gilbert Lavoie et Richard Martineau se démarquent nettement. Dans les trois cas, une vaste majorité de souverainistes se disent en désaccord avec eux.

accord_oui

En ce qui a trait à ceux qui voteraient NON, on remarque que les réponses sont similaires à celles des électeurs caquistes, et presque identiques à celles des électeurs du PLQ.  Ces répondants se disent largement en accord avec Chantal Hébert et ont nettement moins tendance à se dire en accord avec Josée Legault et Anne-Marie Dussault.

accord_non

Conclusion préliminaire

Ce billet est déjà suffisamment long alors je me garderai pour l’instant d’en venir à des conclusions trop spécifiques sur les journalistes ou chroniqueurs pris isolément. Ceci étant, il apparaît déjà très clairement que les répondants ayant des préférences politiques différentes ont aussi des niveaux d’accord différents avec les analyses des journalistes et chroniqueurs.

Deux cas attirent l’attention. D’une part, les électeurs de gauche (QS et NPD) ont nettement moins tendance à se dire en désaccord avec les journalistes ou chroniqueurs de l’étude, à l’exception de Richard Martineau. D’autre part, les électeurs plus à droite, et très nettement les conservateurs, expriment beaucoup plus de désaccord avec une variété de journalistes et chroniqueurs. Ces différences sont très intéressantes et devront être approfondies.

À suivre…

Les prochains billets porteront sur la perception de biais chez les journalistes et chroniqueurs, de même que sur la perception de leur intention de vote fédérale, provinciale et référendaire. Si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous invite à vous abonner au blogue afin de recevoir une notification par courriel lors de la publication des billets à venir.

29 commentaires

  1. J’ai été surpris de ne pas retrouver dans vos journalistes les deux “vedettes” de la Presse… Il est vrai que leur encre rouge indélébile enlève toute possibilité de nuance.

  2. Mme Dussault a fait son temps. Une bonne partie des auditeurs en ont assez de ses questions interminables et auquelles elle attache plus d’importance qu’aux réponses, de ses coupures de paroles envers ses invités et ses questions qui fréquemment « suggèrent » des réponses. Il faut la remplacer.

  3. Ma grande conclusion: C’est que les gens ont vu clair dans le petit jeu partisans d’Anne-Marie Dussault. On serait en droit de s’attendre à mieux d’une animatrice. Elle n’est pas columniste à ce que je sache ! À mes yeux, elle est la grande perdante de ce sondage. Elle fait presque l’unanimité au niveau négatif du terme. De l’autre côté, on réalise aussi que Sébastien Bovet et Chantal Hébert sont souvent dans le haut de la liste. Ils sont les grands gagnants et c’est bien mérité. À quand le remplacement à temps plein d’A-M Dussault par Sébastien Bovet à la barre de 24/60 ?

  4. Les journalistes et les médias affilié à une centrale syndicale ne devrait pas pouvoir couvrir un évènement lors ce que cette centrale est impliqué. Surtout quand cette même centrale mène un combat avoué contre un parti politique, PCC au fédéral et qu’elle négocie avec l’état au provincial. Il y a une apparence très flagrante de conflit d’intérêt et de partialité. Je ne sens pas une très grande liberté journalistique dans la couverture qui ne va jamais à l’encontre de l’agenda syndicale. Au niveau politique mais aussi au niveau de relation de travail en générale. Jamais un syndicat n’est décrié pour ses exagérations et imaginer la couverture sur une possible abolition de la sécurité d’emploi!!!

    Les chroniqueurs, c’est différent, ils donnent leur opinion, en autant qu’il sont clairement identifié chroniqueur car bien des gens pense de Richard Martineau est journaliste. Une nouvelle et une opinion, c’est très différent mais les gens ne font pas la différence. Un gars qui écrit dans le journal, c’est un journaliste!!

    Et pour finir, les médias qui choisissent quelle nouvelle va être publier, qui va être choisi pour couvrir un évènement, qui va écrire une chronique(en choisissant bien le type pour son orientation) sont devenu des agents de propagande bien plus que des sources d’information. Tout comme les journalistes, les médias qui sont affilié à une centrale syndicale perd à mon avis, toute crédibilité dans sa couverture sur les évènements concernant les activités de cette centrale.

    A tout ça, il faut rajouter la proximité entre un chef de parti politique qui aspire devenir premier ministre et une machine médiatique est révoltante et disqualifie presque d’emblée le contenue de ces médias qui sont une machine de propagande au service de ce même individu.

    L’information est devenu plus souvent qu’autrement propagande et la recherche d’élément d’information “pure” “neutre”, de plus en plus rare.

    Aussi, s’il y a un secteur ou l’information et la pédagogie sociale doit s’amélioré c’est le niveau financier et d’affaire. Nous donner les résultats de la bourse avec toute ses fluctuations c’est bien mais il y a bien plus que cela qu’il faut savoir pour comprendre notre monde.

    1. Un gros merci à Alexandre pour nous permettre enfin de s’exprimer sur ce sujet. Pour tous ceux qui s’intéressent à la politique l’émission 24/60 serait une très belle tribune pour nous informer OBJECTIVEMENT. Mais malheureusement l’animatrice Anne-Marie Dusseault ne rencontre pas cette exigence. Son jupon péquiste dépasse de beaucoup. Je crois qu’il serait grand temps que Radio Canada remedie à cette situation en la remplaçant par un Sébastien Bovet qui démontre un grand sens D’OBJECTIVITÉ. Cette société d’état à le devoir d’être rigoureuse à ce sujet. Il faut se rappeler que nous payons pour ça. Merci encore.

  5. La différence en Martineau et Dussault, c’est que Martineau est payé pour donner son opinion et non pour donner de l’information. Donc qu’on soit d’accord ou non il fait réagir.

    Dussault est supposé faire de l’information, pas donner son opinion. Si elle ne sait pas comment faire, qu’elle demande à Chantal Hébert.

  6. Très intéressant. Aucune surprise pour les résultats de Mme Dussault. Elle ne peut cacher ses orientations dans presque toutes les entrevues qu’elle fait.

  7. Le classement d’Anne Marie Dussault me laisse perplexe, mais peut être est ce parce qu’elle pose les questions que les journaleux n’osent pas,et ne mérite pas de se retrouver avec Martineau, Lavoie , Lapierre et autres espèces qui n’ont aucunement son professionnalisme.

    1. Vous trouvez probablement ridicule Martineau et Lapierre ? C’est probablement le cas de tout le monde, des gens de gauche comme de droite. Mais Martineau est là pour donner son opinion alors que Dussault est présentée comme une journaliste. Pourtant, ses allégeances sont aussi subtiles qu’un 2×4 dans un paquet de cure-dents. Elle devrait être remplacée par quelqu’un d’objectif, comme Bovet par exemple.

    2. Elle est seulement plus subtile, mieux dégrossie; pas plus professionnelle. Et elle est bien pire quand il s’git de questions internationales où la novlang atlantiste prend à peu près toute la place.

  8. Merci M. Blanchet pour cette étude essentielle. Elle manquait cruellement à notre paysage journalistique politique! Il me semble que la Fédération des journalistes devrait en prendre acte. Bravo.

  9. Merci pour les résultats du sondage et pour votre analyse de ce dernier.
    À propos d’Anne-Marie Dussault, je ne suis pas en accord avec vous quand elle ne donne pas son opinion.
    Ce qu’elle fait, est pire encore. Son langage non-verbal et son attitude envers certaines personnes sont flagrants. Ses questions ne sont pas objectives et sont orientées pour “planter” certains invités.
    On voit une différence entre son attitude pour un péquiste et celle pour un fédéraliste. Ex: une interview avec Pauline Marois (attitude très complaisante) que j’ai déjà écoutée et une interview avec M. Couillard ou autre fédéraliste ( pas mal plus pointilleux ….)
    On est capable de savoir qu’elle est péquiste.

    1. Toute qu’une analyse! Lisette…C’est pour cela qu’elle fait des couis couis avec Barrette.
      Une seule chose est certaine. l’opinion des journalistes, on en a rien à cirer! Qu’ils ou qu’elles se les gardent.

  10. Monsieur

    Félicitations pour votre travail. Mon commentaire est au sujet de Mme Dusseault. Non pas qu’elle pose des questions difficiles mais que ses questions sont toujours biaiser contre M. Harper. Ses questions ne sont pas objectives comme la plupart des gens de Radio-Canada tel que à titre d’exemple Patrice Roy et Céline Galipeau.
    Benoit Lemay

    1. Vous avez tout à fait raison monsieur Lemay. Les journalistes de Radio-canada ne sont pas objectifs – tout comme ceux de Québécor (plus à droite) ou n’importe quel autre média. 😉

  11. Merci pour le retour des résultats,
    C’est très intéressant surtout la comparaison des résultats selon les allégeances politiques des répondants. J’ai bien apprécié participé à cette collecte de données.
    À une prochaine j’espère…

  12. Vous mentionnez: “le résultat à l’égard d’Anne-Marie Dussault est plus étonnant parce qu’elle ne donne jamais réellement ses opinions personnelles dans son travail”. Je crois au contraire que le résultat est très représentatif. Votre affirmation correspond à ce qu’on serait en droit de s’attendre du travail journalistique de Mme Dussault et non à ce qu’elle fait dans la réalité. Même si elle ne dit jamais directement ses opinions, elle fait régulièrement et de façon soutenue des commentaires très clairs et ses questions sont trop souvent formulées pour orienter la réponse qu’elle cherche!

    1. Tout à fait d’accord. J’allais écrire la même chose. Le jupon de Mme dusseault traîne à terre tellement il est long.

    2. Choisir les sujets, choisir les invités, choisir les questions et éventuellement les réponses habillement suggérées, voilà une spécialité de Anne Marie Dussault . Tantôt très complaisante avec un ou une député péquiste, tantôt tranchante avec un représentant du gouvernement Libéral, c’est sa marque de commerce. Que Radio Canada laisse faire ça me laisse perplexe à moins que …….!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *